Chroniques littéraires·Les articles de Lisa

Quand la mort fait grève

 

La mort est une femme comme les autres De Marie Pavlenko

résumé - copie

Capture d’écran 2015-12-19 à 21.36.54Imaginez un monde où personne ne s’éteint.
Imaginez un service de soins palliatifs où personne ne succombe.
Imaginez un univers o^la mort en a ras la faux et fait un burn out.
Emm n’en peut plus. Un matin, elle s’arrête et s’assoit. Ses bras sont de plomb, elle pèse une tonne, elle ne peut plus se lever.
En se laissant aller à son spleen, elle rencontre Suzie, une jeune femme dont la gentillesse va l’émouvoir. Commence alors un périple extraordinaire au cours duquel Emm va découvrir la richesse de la nature humaine.

Chronique

Tout d’abord je remercie Babelio et les éditions pygmalion de m’avoir laissé la chance de découvrir ce livre, grâce à l’opération masse critique.

Dans le service de soins palliatifs d’un hôpital, une vieille femme est débranchée. Pourtant, elle continue de respirer. Elle ne peut pas mourir. Pendant ce temps là, la mort déprime et ne veut plus travailler, ce qui créer une légère panique sur terre. ça devait arriver, la mort fait grève, elle a un burn out et végète sur son canap comme une âme en peine. Emm à besoin de donner « un sens à sa vie » et elle décide d’aller sur terre et de découvrir les humains et leur mode de vie.

Et c’est vraiment une très belle découverte. Je ne connaissais pas du tout cet auteur, mais cet humour grinçant m’a vraiment fait du bien. Déjà la couverture est superbe, la quatrième de couv’ donne l’eau à la bouche. On s’attache tout de suite aux personnages, même à la Faux 🙂 C’est une belle leçon d’humanité avec la rencontre entre Emm et Suzie. Et c’est surtout très très drôle, la scène avec le psychologue est juste magique ! Le roman est très court, donc nous n’avons pas le temps de nous ennuyer, il est même un peu trop court à mon goût, certains passages sont même un peu trop survolés , trop rapide.

Je ne vais pas trop vous en dire, je vous laisserai découvrir le reste pendant votre lecture. C’est une histoire tellement loufoque, désopilante et surtout à mourir de rire ! Je n’ai qu’un seul reproche, c’était bien trop court ! Je la  conseil à tous les féru d’humour noir et grinçant, si ce n’est pas votre tasse de thé vous serez peut être moins conquis que moi.

Extraits - copie

— Tu es en train de mettre un bordel noir chez les humains, ma vieille, s’écria la Faux. Tu dois te ressaisir, piger d’où viens ton burn-machin ! Tu es, tu es… cruelle ! tenta-t-elle, à bout d’arguments.
— C’est la meilleure de l’année ! Moi, cruelle ? Ils me supplient tout le temps de les épargner, et maintenant que je m’exécute, ça ne va toujours pas ! Ils ne sont jamais contents, jamais contents !
Emm se frotta les paupières, perdue.

Publicités

14 réflexions au sujet de « Quand la mort fait grève »

  1. Sur le même thème mais dans l’univers fantastique du Disque-Monde de Terry Pratchett, il y a les romans dont le personnage central est la Mort (masculin dans cet univers), mais passablement humain, et qui a une fâcheuse tendance à vouloir aller voir ailleurs! Le premier roman dont il est le « héros » est Mortimer.

    Aimé par 1 personne

Ton avis nous intéresse :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s