Chroniques littéraires·Contemporain·Les articles de Lisa

Et puis, Paulette… de Barbara Constantine

résumé - copie

12463831_755618144581554_626787150_nFerdinand vit seul dans sa grande ferme vide. Et ça ne le rend pas franchement joyeux. Un jour, après un violent orage, il passe chez sa voisine avec ses petits-fils et découvre que son toit est sur le point de s’effondrer. À l’évidence, elle n’a nulle part où aller. Très naturellement, les Lulus (6 et 8 ans) lui suggèrent de l’inviter à la ferme. L’idée le fait sourire. Mais ce n’est pas si simple, certaines choses se font, d’autres pas…
Après une longue nuit de réflexion, il finit tout de même par aller la chercher.
De fil en aiguille, la ferme va se remplir, s’agiter, recommencer à fonctionner. Un ami d’enfance devenu veuf, deux très vieilles dames affolées, des étudiants un peu paumés, un amour naissant, des animaux. Et puis, Paulette…

Chronique

Pour commencer l’année 2016, j’ai choisi une petite lecture pleine de douceur et je ne regrette pas du tout mon choix. Ce roman est un beau moment de vie, de solidarité. Au fil des tout petits chapitres, nous nous attachons aux personnages ainsi qu’à leur histoire. C’est vrai que c’est assez utopiste, cette vision de la vie. Mais je pense que justement, on a besoin de se genre de lecture, c’est une piqure de rappel en quelque sorte pour ne pas oublier qui l’on est et d’où l’on vient. Barbara Constantine a une écriture dynamique et fluide ce qui fait qu’on ne s’ennui jamais dans notre lecture. Les tout petits chapitres de 3 pages en moyenne ont un petit titre explicite. C’est un piège ! On tourne les pages en se disant « encore un petit chapitre ». Mais le temps défile et on a terminé le livre plus tôt qu’on ne le pense.

En bref, ce sont des personnages attachants, une histoire vivante et pleine de douceur, une vie faite de simplicité qui nous rappel que tout est superficiel et qu’en réalité on peut se contenter du minimum pour être heureux. C’est un livre rempli d’amour et de générosité et je ne peux que vous le conseiller.

Extraits - copie

« Et là, en pyjama, au milieu de la cour, le fond du pantalon encore humide, il s’est demandé très sérieusement comment il allait faire pour expliquer au petit chaton combien ce serait mieux, oui, tellement mieux, s’il mangeait ce qu’il chassait.
Tuer pour rien, c’était du gâchis. Ça ressemblait trop à ce que font les hommes.
Quel intérêt ? Pas bon à copier, ça, mon minou. »

« Une couille dans le potage c’est une erreur
deux, c’est une recette »
« Hortense est très excitée, elle veut apprendre à surfer sur le oueb ! Cliquer sur le dos d’une souris ! Se mettre de profil sur fesse bouc ! »
Capture d’écran 2016-01-04 à 22.08.36
( Cliquez sur la photo pour découvrir mon compte instagram)
Publicités

19 réflexions au sujet de « Et puis, Paulette… de Barbara Constantine »

  1. Hello !
    Les citations que tu as mis sont superbes et je t’avoue que cette histoire de couille dans le potage m’aura bien fait rire.
    C’est un roman que je crois (notes-bien que je n’en suis pas sûre.. C’est te dire le nombre de roman que j’ai sur ma tablette) avoir sur ma tablette et grâce à toi, il faudra que je le repêche et que je le mette en PAL prioritaire ^^
    Bises
    Johanna

    Aimé par 1 personne

Ton avis nous intéresse :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s