BD·Chroniques littéraires·Coup de coeur

La femme aux cartes postales de Claude Paiement et Jean-Paul Eid

1957. Rose quitte sa Gaspésie natale en laissant, derrière elle, une lettre sur son oreiller. Elle n’a qu’un rêve en tête: briller sur les scènes des prestigieux cabarets de la métropole. À cette époque, Montréal est un haut lieu de la vie nocturne et l’une des escales obligées des plus grands jazzmen. Les nightclubs brillent de tous leurs feux et la mafia fait des affaires d’or. Mais l’arrivée du rock’n’roll, l’engouement pour la télévision et l’élection du jeune et incorruptible maire Jean Drapeau va sonner le glas de cet âge d’or. 2002. En Gaspésie, un étranger vient d’acquérir une maison abandonnée mise aux enchères; photos aux murs, vieux piano désaccordé et au fond d’un garde robe, un terrible secret de famille.

Mon avis. 

D’abord je voudrais remercier  » Les Pages de Sam » , sans elle, je n’aurais jamais découvert cette fabuleuse BD.

En 57, Rose décide de tout quitter pour tenter sa chance à Montréal et devenir chanteuse de cabaret. Elle va devenir  » Rosie Rainbow » et faire un trio avec deux acolytes, un pianiste et un trompettiste. Ils auront leurs heures de gloire, jusqu’à l’arrivée du Rock’n’Roll et de la TV qui va bouleverser leur monde. On suit en parallèle, Victor Weiss, en 2002, un Français qui vient d’apprendre de la CIA que son corps a été retrouvé sous les décombres des tours jumelles à New-York, il va alors se lancer à la recherche de ses origines.

Les dessins, le scénario, l’ambiance ; tout nous plonge dans l’atmosphère des années 50. C’est fascinant, c’est passionnant. C’est en noir et blanc mais tellement intense qu’on le vit en couleur. Les personnages sont attachants, surtout Rosie, qui s’envoie des cartes postales pour avoir des souvenirs de sa vie, de son aventure pour plus tard…

C’est une magnifique immersion dans l’Amérique du nord, le jazz et les années 50. Tout y est fascinant, l’histoire, l’intrigue, les personnages, les dessins, l’époque. Bref , vous l’aurez compris. C’est un énorme coup de coeur.

Publicités

12 réflexions au sujet de « La femme aux cartes postales de Claude Paiement et Jean-Paul Eid »

Ton avis nous intéresse :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s