La dramaturge, de Gaëlle Magnier

Dans le Londres victorien se côtoient deux êtres que tout oppose… Et pourtant.

Aidan Taylor rêve d’écriture et de théâtre. Son ambition ? Devenir dramaturge. Mais sa condition de femme constitue un réel obstacle face aux directeurs qu’elle sollicite pour produire sa pièce. Prête à tout pour vivre son rêve, elle n’hésite pas à sauter le pas et à troquer ses robes contre un pantalon et une redingote, dans le but d’être traitée de manière équitable.
Dorian Swanson est, quant à lui, un jeune dandy mélancolique poursuivi par ses propres démons. Sa dernière chance ? Prendre la direction du théâtre familial afin de prouver ses capacités à son père.
Entre aspirations et provocations, Aidan et Dorian vont devoir faire face aux caractères affirmés des comédiens de la troupe de l’Orpheus et aux conséquences de leurs agissements.
Aidan saura-t-elle choisir entre la passion et l’ambition ?


Lecture validée dans le cadre du tournoi des trois sorciers : Expecto patronum (Défense contre les forces du Mal) : Le premier livre d’un auteur ( + 20 points)


Gaëlle Magnier pour moi c’est tout d’abord une copinaute, je la connais avant tout via son blog (ici). Quand j’ai vu que son roman était sorti je me suis empressée de me le procurer ( pour le lire mille ans plus tard – Ne pas chercher la logique chez moi, c’est mieux –).

J’appréhende toujours un peu les premiers romans, en plus je ne suis pas une fan de romance, mais là c’est une romance historique donc déjà ça m’émoustille un peu plus. Et l’époque Victorienne est une époque que j’aime particulièrement.

Donc je me suis lancée dans ma lecture en ayant peur de ne pas aimer, non pas à cause du talent de Gaëlle car sur ce point je n’ai aucun doute, mais simplement car en général, la romance n’est pas mon style de prédilection.

Nos deux personnages principaux sont Aidan ; fille de tailleur et Dorian, fils d’aristo. Tout les opposent c’est certain, même si Dorian ne suis pas forcément les conventions avec son style et ses mœurs.

Aidan rêve de devenir Dramaturge, elle a écrit une pièce de théâtre et s’empresse de faire le tour de ces derniers afin de présenter sa pièce aux différents directeurs. Malheureusement, une femme dramaturge, c’est très mal vu ! On lui rit au nez, sans même essayer de s’intéresser à sa pièce.  Grâce à son fort caractère elle décide de ne pas se laisser démonter par les refus. Elle décide donc de tenter le tout pour le tout en se déguisant en homme afin d’arriver à ses fins.

Elle se présente à l’Orphéus dont le directeur n’est autre que Dorian Swanson. Dorian vient de prendre la direction du théâtre de son père afin de lui prouver qu’il peut changer et être responsable. Quand il lit la pièce de Hayden (Nom de garçon de Aidan), il est intrigué et décide de lui laisser sa chance.

L’écriture de Gaëlle est  géniale ! Très fluide, si je n’avais pas dû m’occuper de ma fille entre deux chapitres, j’aurais tout lu d’une traite. Je n’aime pas les longues descriptions inutiles et il n’y en a pas, celles-ci sont très biens dosées, sans longueurs et ça c’est chouette. Les personnages sont très attachants, surtout nos deux héros mais pas seulement, puisque je me suis beaucoup attachée à Johanna et Clare et si j’aurais aimé que leur personnages soient un peu plus développés. Les références artistiques et littéraires sont bien dosées aussi, l’auteure n’en fait pas trop mais on voit qu’elle connait bien son sujet.

DSC04563.JPG

Le seul bémol sont les péripéties qui à mon goût se résolvent bien trop vite, on a pas le temps de s’inquiéter pour Aidan ou pour Dorian que le problème est déjà oublié. C’est bien dommage, j’aurais aimé plus de rebondissements, plus de colère, plus de peur et plus d’affrontements ! ( non non je n’aime pas quand les personnages souffrent, j’aime bien être tenue en haleine tout simplement hihi).

Mais à part ça je suis conquise par ce livre que j’ai tout simplement dévoré, la place de la femme dans ce monde impitoyable d’homme est bien décrite, une femme a peu d’espoir de réussir dans la vie si elle ne trompe pas tout le monde. Ce qui est bien triste. J’admire Aidan et son courage ainsi que Dorian et son ouverture d’esprit. Tout n’est pas parfait, mais on passe un excellent moment pendant cette lecture. Et la couverture est absolument sublime et ça c’est important de le préciser 🙂

15/20

ladramaturge.jpg

fb

Publicités

6 commentaires sur “La dramaturge, de Gaëlle Magnier

Ajouter un commentaire

  1. Merci mon Pingouin ! Je suis contente qu’il t’ait plu ! Le problème des difficultés est très ressenti et j’ai justement essayé de m’améliorer sur le prochain, j’espère y être parvenu même si je vais encore avoir du travail dessus!

    Aimé par 1 personne

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :