Chère Ijeawele, un manifeste pour une éducation féministe de Chimamanda Ngozi Adichie (2017)

Chimamanda Ngozi Adichi fait beaucoup parler d’elle avec ses ouvrages féministes, il était temps que je découvre cette auteure de talent. Cet essai de 80 pages est une lettre qu’elle a écrit à une amie qui lui a demandé des conseils pour élever sa fille qui vient de naître, de façon féministe. C’est court mais c’est très pertinent.

L’écrivain nigériane examine les situations concrètes qui se présentent aux parents d’une petite fille et explique comment déjouer les pièges que nous tend le sexisme.

Cet essai est vraiment une source immense d’inspiration pour tout le monde, pas seulement pour les mamans. Chaque personne devrait se voir offrir un tel livre à sa naissance et pouvoir le feuilleter quand bon lui semble.

L’auteure est pleine de bons conseils qu’elle accompagne toujours par un exemple concret. Elle a une jolie plume, tout est fluide, elle trouve les bons mots pour conseiller son amie sans pour autant être autoritaire et en lui donnant le droit à l’erreur, en la rassurant sur le fait que ce n’est pas grave si on n’y arrive pas mais qu’il faut au moins essayer.

2

C’est une lettre améliorée, très structurée puisqu’elle numérote ses suggestions. Tous les conseils et toutes les réflexions sur son sujet sont bonnes à prendre. Et dans un tout petit essai comme celui-ci, elle a su élargir son sujet sur beaucoup de thèmes différents.

Ce qu’il faut vraiment savoir, c’est que tous les enfants ont besoin de la même chose, qu’on respecte leurs choix. Si un garçon veut jouer à la poupée, il ne devrait pas être moqué, si une fille veut faire du foot, elle devrait être encouragée par ses proches, etc.

Un livre qui a du sens. Et qui devrait être lu par tous.

Extraits :

« Apprends-lui à ne pas se soucier de plaire. Elle n’a pas à se rendre aimable mais à être pleinement elle-même, une personne sincère et consciente que les autres sont humains autant qu’elle. « 

« Parce que la réalité de notre monde, c’est la différence. Et en l’éduquant à la différence, tu lui donnes les moyens de survivre dans un monde de diversité. »

« Apprends-lui qu’aimer ce n’est pas seulement donner, c’est aussi recevoir. Ce point est important car nous transmettons des injonctions subtiles aux filles : nous leur enseignons qu’une part importante de leur capacité à aimer réside dans leur faculté d’abnégation. Nous n’enseignons pas cela aux garçons. Apprends-lui que pour aimer, elle devra donner d’elle-même, sur le plan émotionnel, mais qu’elle devra aussi attendre qu’on se donne à elle. « 

4 commentaires

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s