Fleabag (Saison 1 & 2 )

Fleabag est une mini série anglaise de 6 épisodes de 30 minutes et de deux saisons. En gros, en deux jours vous pouvez tout binge-watcher tranquille. Je trouve que le pitch n’est pas révélateur de la qualité immense de cette série :

« Fleabag est une jeune femme délurée qui couche avec quiconque s’approche un peu trop près, soutire de l’argent à tous ses proches et refuse toute aide dans sa quête d’une vie indépendante. Brisant souvent le quatrième mur, elle n’hésite d’ailleurs pas à interpeller le spectateur qui porterait un jugement moral sur ses actions… »

Mais je vous le dis, cette série est à regarder de toute urgence ! Surtout si comme moi vous adorez l’humour anglais coupant et noir, l’accent londonien et les sarcasmes. Le personnage principal qui s’adresse directement au spectateur avec un regard malicieux pour nous partager le fond de sa pensée est absolument fantastique. Dans cette série, on suit les mésaventures de cette jeune trentenaire paumée, klepto et limite nympho. Le fait qu’elle brise le 4ème mur rend le personnage plus réaliste et on ne peut que s’attacher à elle.

Fleabag est une série décomplexée et sans tabou sur le sexe et les relations amoureuses en général. On passe par un grand nombre de sujets ; la masturbation féminine, la pornographie, les règles, la sodomie et j’en passe. En gros, tout ce que la société voudrait que l’on garde pour nous. Dans Fleabag, la censure n’existe pas. 

A tout cela s’ajoutent des scènes décalées et hilarantes avec des personnages hauts en couleur ; comme l’avocat qui couche avec ses clientes, le beau gosse bizarre, l’ex qui revient toujours, le prêtre qui sort des injures à tout bout de champ, etc…

Cette série, c’est de l’humour mais pas que : l’héroïne lutte contre quelques démons aussi, le décès de sa mère, la malaisante belle-mère, la perte de sa meilleure amie, son café qui prend l’eau, sa solitude qui la bouffe petit à petit, une soeur coincée, un beau-frère alcoolique. Bref tout n’est pas drôle dans Fleabag.

fleabag-couv-1440x810

C’est un peu dur de définir cette série au final ; peut-être de la dépression joyeuse ?

En tout cas, c’est un énorme coup de coeur, je crois que j’ai su que ça allait être un coup de coeur dès le 1er épisode.

La série raconte avec brio les mésaventures de cette fille paumée, déphasée et toujours attachante avec assez de cynisme et d’humour noir sans faire dans l’excès.

C’est une pépite, une éloge aux femmes imparfaites. 

Alors allez-yyyyy ! Lancez-vouuus ! 

11 commentaires

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s